Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blogs - Page 3

  • Ecrire pour le Web en 2010

    Ecrire pour le Web en 2010

    View more documents from Legay Luc.
    C'est un document de @luclegay accompagné de @ronez @XM @sbailly et JP Cathelin.(signalé par Cédric Motte)
  • Responsabilité du blogueur

    Nicolas m'a tagué. Je dois répondre à la question "qu'est-ce qu'un blog?"

    Mais la question est trop vaste, j'aimerais plutôt mettre l'accent sur un point: la responsabilité du blogueur. Je ne parle pas de la responsabilité juridique. Non, je voulais parler de responsabilité au sens plus large. Une sorte d'engagement.

    Le monde est global, Internet est vaste. Avec pour conséquence qu'on ne peut plus rester seul dans son petit lopin de terre. On est obligé de s'intéresser au monde. C'est ça la responsabilité du blogueur: il prend un peu de son temps pour partager des information, des émotions et du temps avec les autres. Et quand il est lancé sur un sujet, que son blog a trouvé un lectorat, cette responsabilité l'engage, plus encore.

    Agnès aurait pu se recentrer sur ses activités professionnelles et sa famille, mais elle a décidé de construire quelque chose avec le monolecte. Un travail d'explication, de dénonciation, qui se prolonge dans les forum, Twitter, les médias, etc.

    Juan pourrait se contenter de son boulot qui l'occupe largement, mais il a senti, en 2007, qu'il était de sa responsabilité de bloguer.

    Auteuil pourrait se contenter de ses tâches de collaborateur à l'Assemblée nationale, mais il s'est engagé dans un débatpour faire comprendre la complexité des décisions prises par les élus.

    Irène pourrait faire des mots croisées quand elle ne travaille pas sur un roman, mais elle a aussi pris cette responsabilité: blogueuse et éleveuse de trolls.

    Cathy aurait pu se contenter de mener sa carrière, mais elle s'est engagée dans le blogging, qui est aussi une bonne façon de développer sa carrière et de partager des informations.

    Bref, si toutes ces personnes, et tant d'autres, et vous aussi, ont décidé de l'ouvrir (leur blog), c'est que les humains sont en train de prendre conscience qu'ils ont une responsabilité les vis-à-vis des autres. Mais plus seulement au niveau local, également au niveau global.

    Et on en arrive à cette idée que le développement de l'altruisme, au niveau global, est la seule façon d'éviter la catastrophe. C'est ce que disait Jacques (Attali) qui est un des rares intellectuels à avoir un blog, justement. Et c'est aussi ce que disait Isabelle.

    Que ceux qui sont cités reprennent la chaîne, s'ils le souhaitent.

  • Blogs: la conversation se poursuit souvent à l'extérieur

    postrankonoffsite.jpg
    Ce graphique est issu d'une étude du site Postrank.
    Il montre à quel point les blogs ont changé. Ce qui a évolué, c'est la façon que les lecteurs ont de réagir.
    Les réactions se font moins souvent sur le blog lui-même (On-site) et plus souvent à l'extérieur (Off-site). Autrement dit, il y a moins de commentaires et plus de partage sur les sites de réseaux sociaux.
    La contrepartie, c'est que la durée de vie d'un billet de blog est allongée. Alors qu'auparavant les réactions se faisaient surtout dans la journée, là, elles dépassent la date de péremption.

    (source: ReadWriteWeb)

  • My parents were awesome

    tumblr_kqephq7MhN1qa2fy3o1_500.jpg

    My Parents were awesome, c'est un blog (sous tumblr) qui publie des photos des photos de famille. Les lecteurs sont invités à envoyer les photos de leurs parents. Des photos en noir et blanc ou aux couleurs saturée années 70. Ce site, qui a atteint une audience importante, est une invitation atendrie (et parfois ironique) à la nostalgie.

    (Trouvé chez Boing Boing et Steve Rubell)

    photo: mpwa

  • Quand Twitter suspend votre compte

    who_small.jpgLaurent Dupin, un copain, vient de subir une mésanventure peu courante. Son compte Twitter a été suspendu. Ca dure depuis 4 jours. Pour l'instant, pas d'explication.

    Il raconte ça sur son blog sur l'Atelier des médias. Il avance plusieurs hypothèses. Aucune ne semble satisfaisante.

    De tout coeur avec lui...

    • photo: l'image qui apparaît quand un compte Twitter est suspendu.
  • Le fond, le flux et la lazysphère

    Narvic a raison de pointer l'opposition entre ce qu'il appelle le web de fond et le web de flux.

    Le fond, c'est l'expertise, l'analyse approfondie, les billets de blogs solides, argumentés, publiés par des spécialistes d'un domaine particulier.

    Le flux, c'est l'écume des choses. Lorsqu'un blogueur ou un journaliste signale sur Twitter (ou sur son blog, comme je suis en train de le faire) un billet important, une information pas forcément mise en valeur par les grands médias. Cela renvoie à ce qu'on peut appeler le journalisme de liens.

    Pour mémoire, Narvic me disait dans une conversation récente, que pour alimenter ce journalisme de lien et de flux, il faut bien des billets de fond. Sinon, vers quoi on va faire des liens?

    Cette opposition entre fond et flux me rappelle un billet qui date déjà de près de 2 ans. Ce billet parlait de lazysphère, autrement du la blogosphère paresseuse.

    La paresse: tout nous y incite sur Internet. Quoi de plus facile que de cliquer, Twitter, retwitter, forwarder (comme on disait autrefois).

  • Ce que votre blog peut vous rapporter

    à lire ici

  • Le blog, une autre façon de goûter l'actualité

    steak frites.jpgOn a tous plus ou moins fait la même expérience qu'Otir:

    "Depuis que j'ai un blogue, je note que les sujets d'actualité prennent pour moi une tout autre saveur. M'arrêter sur l'un d'entre eux n'est plus nécessairement motivé par mes priorités réelles dans la vie de tous les jours, mes aspirations ou mes centres d'intérêt personnels ou professionnels. [...] C'est ainsi que je peux me passionner pour des faits divers, au sens une "diversité de faits", survenus dans le monde ici ou là, sans qu'aucun d'entre eux ne me concernât autrement que purement intellectuellement."

    D'abord une parenthèse: elle emploie le mot "saveur". Comme si l'actualité était une bonne soupe, ou un plat à déguster.

    Alimenter un blog, c'est avant tout lire des blogs, des sites d'information. Rentrer des dizaines de flux RSS dans son agrégateur, suivre les gens sur Twitter, Facebook, Friendfeed.

    Bref, une véritable boulimie d'infos s'empare de nous. Et c'est ce qui caractérise beaucoup de blogueuses et de blogueurs: cette appétance particulière pour l'information. D'où la nécessité, de temps en temps, de s'astreindre à une saine diète médiatique.

  • Qui ça?

    Juan (Sarkofrance) a lancé une chaîne que je dois poursuivre. Il s'agit de se mettre dans la peau d'un électeur de droite et d'imaginer ce qu'il répondrait aux deux questions qui suivent. C'est facile!

    1. En ces temps de crise généralisée des valeurs et du “système“, quels seraient vos points d’ancrage idéologiques à droite ?

    Mes valeurs: du solide. La valeur travail. Investir dans la pierre. M'enraciner dans la terre, la famille. Retour aux fondamentaux!

    2. Etant à droite, que soutiendriez vous plus que tout dans l’action du président Sarkozy ?

    Qui ça? Je ne vois pas à qui vous faites allusion. Vraiment! Jamais entendu parler. Sarkozy, connais pas.

  • 10 trucs pour trouver de l'inspiration pour son blog

    1 Écrire chaque jour

    L'écriture est un muscle. Il faut l'entraîner chaque jour. Vous connaissez l'adage nulla dies sine linea (pas un jour sans une ligne). Ce conseil venu de l'antiquité est encore valable de nos jours.

    Si l'on attend que l'inspiration nous tombe dessus, on peut attendre longtemps. L'inspiration nait du travail. Si vous travaillez sur un sujet pendant assez longtemps, vous finirez par avoir des idées.

    On peut comparer l'inspiration aux performances des sportifs. Certains entraîneurs parlent de pics de performances. Ces pics de performances se produisent chez des sportifs qui ont déjà réalisé un ensemble de performances de bon niveau. Le jour où ils battent un record, c'est comme s'ils étaient inspirés.

    Quand on tient un blog, il est souhaitable d'écrire chaque jour. Ça ne veut pas dire qu'on publie chaque jour. En effet, tout ce qu'on écrit n'est pas intéressant et, comme nous le verrons, il peut être intéressant de relire certains écrits, pour les améliorer.

    2 Avoir son carnet de notes sur soi

    Le carnet de notes est sans doute l'outil le plus utile de ceux qui tiennent un blog. Il sert à noter tout ce qui vous passe par la tête. Vous êtes dans la rue, une idée vous vient: vous la notez et vous n'y pensez plus.

    Le carnet de notes peut être exploité de différentes façons. En le relisant, vous pouvez mettre en chantier des articles. Vous effacez une idée qui vous semblait géniale sur le moment et qui se révèle n'être qu'un lieu commun.

    Ayez toujours votre carnet sur vous, car c'est toujours quand on n'a pas de quoi écrire qu'il vous vient des idées.

    3. Dédramatiser l'écriture

    Pour certains, l'écriture constitue un véritable blocage. Et, alors, tous les prétextes sont bons pour repousser le moment de prendre la plume ou de titiller le clavier. La crainte de mal écrire, le « à quoi bon? » ou des réticences plus profondes, les raisons de ne pas écrire sont multiples.

    Pour surmonter ces blocages, un peu de retour sur soi est nécessaire. Quand survient cette sensation de blocages, essayez d'observer ce que vous ressentez. Quelles images, quelles pensées sont associées à cette crainte d'écrire?

    Une fois analysées les causes du problème, forcez vous à écrire, en observant, là encore, ce que vous ressentez. En répétant plusieurs fois cette expérience, vous serez à même d'en savoir un peu plus sur cette difficulté. Et vous parviendrez, petit à petit, à la surmonter.

    Quand vous vous lancez dans l'écriture d'un billet de blog, commencez par écrire une phrase, ou ne serait-ce qu'un mot. Écrivez quelque chose, n'importe quoi. Ensuite, vous corrigerez. Vous pouvez toujours effacer: il n'y a rien de dramatique. Il est bon de dédramatiser l'écriture.

    4. Lire des livres

    Lire des livres régulièrement est sans doute le meilleur moyen d'avoir des idées. Je parle de lire des livres et pas seulement de lire le journal ou sur Internet, car ce n'est pas la même chose.

    Se plonger dans un roman ou lire de la poésie permet de reprendre contact avec les grandes idées des classiques. Vous pouvez également lire des livres traitant du sujet dont parle votre blog.

    Et, surtout, le fait de lire des livres permet de vous confronter avec des textes structurés. Sur Internet, l'écrit est fractionné et, souvent, « prémâché ». Ce n'est qu'en lisant des livres qu'on appréhende l'intégralité d'une pensée ou d'un univers esthétique.

    5. Relire et corriger

    Voilà un aspect de l'écriture qui est souvent négligé, alors que c'est, sans doute, le plus important. Quand vous avez écrit un article, ne le publiez pas tel quel. Laissez-le dans un coin pendant quelques jours, puis relisez-le, corrigez-le et améliorez-le.

    Les corrections concernent principalement ces points:

    _ corriger les fautes d'orthographes

    _ éliminer les lourdeurs d'expressions

    _ faire des phrases courtes

    _ supprimer les adverbes inutiles, voire les adjectifs

    _ placer les idées importantes en début d'article

    _ rédiger un chapeau introductif, qui résume les idées contenues dans l'article

    _ raccourcir le texte, si possible

    6. Le brainstorming

    Pour rechercher des idées, vous pouvez vous lancer dans une séance de brainstorming.

    Vous vous mettez devant une feuille blanche. Pour commencer, écrivez en haut de la feuille une question en rapport avec le thème de votre réflexion. Puis, laissez-vous aller.

    Le brainstorming repose sur quelques principes

    _ s'abstenir de juger ou critiquer les idées proposées (c'est notamment vrai si on réfléchit à plusieurs)

    _ préférer la quantité à la qualité: ne vous arrêtez que lorsque vous avez épuisé toutes les idées

    _ ne pas analyser ou organiser les idées: l'organisation viendra après

    Une fois cette étape effectuée, vous pourrez utiliser des outils de mind mapping ou faire un schéma pour organiser vos idées. Pour préparer l'écriture d'un article, vous mettrez en évidence une hiérarchie des idées: les plus importantes seront traitées en priorité.



    7. Pratiquer l'écriture automatique

    L'écriture automatique a été inventée, dit-on, par les poètes surréalistes André Breton et Philippe Soupault. On peut la pratiquer encore aujourd'hui.

    A quoi peut-elle servir? C'est une bonne question. Je me garderai bien d'y répondre. Mais je vous encourage à tester l'écriture automatique: c'est une expérience étonnante.

    8. Faire des listes de billets à écrire

    A partir de votre carnet de note (voir 2°) ou à la suite d'une séance de brainstorming (voir 5°), vous pouvez vous constituer une liste de billets à écrire, « un jour, peut-être ». Vous pourrez y puiser le jour où vous n'aurez pas d'inspiration.

    9. Écrire un billet sous forme de liste

    Cette méthode peut être efficace pour écrire des billets facilement lisibles et clairs pour les lecteurs.

    Vous pourrez procéder ainsi:

    _ choisir un sujet d'article

    _ trouver des idées (brainstorming)

    _ hiérarchiser les idées

    _ écrire des titres explicites et clair

    _ rédiger des paragraphes comportant chacun une idée

    10. Écrire avec une contrainte

    Pour trouver de l'inspiration, on peut se lancer dans les jeux d'écriture à contrainte, à l'image de Georges Perec. Perec est l'auteur de la disparition, un roman écrit sans la lettre « e ». Il a expérimenté, tout au long de sa carrière, une grande variété de contraintes d'écriture.

    Vous trouverez des exemples de jeux d'écriture à contrainte dans « Oulipo, Atlas de littérature potentielle ».

    La plus connue des contraintes, c'est la poésie en vers. Pourquoi ne pas s'entraîner à écrire en alexandrin? Souvent, c'est de la contrainte que surgit l'inspiration...

  • Slow blogging

    En ce moment, j'ai peu de temps pour bloguer.

    J'ai publié un billet sur Instant présent, mon autre blog. Il est intitulé pensée, conscience et supermarché et il se place sous l'autorité d'Eckhart Tolle.

    J'ai aussi eu le temps de répondre aux questions d'Alexandra, la community manager de hautetfort. Elle venait de m'apprendre que je venais d'intégrer le club des "very important blogueurs" de hautetfort. Et c'est vrai, si vous tapez hautetfort dans google, mon blog apparaît en deuxième, juste après celui de Quitterie Delmas. Arrêtons là l'auto satisfaction...

    A lire sur d'autres blogs:

    • pourquoi les médecins refusent de soigner les bénéficiaires de la CMU (Docteur No)
    • twitter: on voit les choses avant les autres (AFP _ Mediawatch)
    • la méthode Google de Jeff Jarvis sort en France (RWW)
  • Une perle sur le blogging

    Sur cette perle

    conseils blogging

    j'ai  réuni plusieurs billets sur le blogging, déjà publiés sur ce blog. Vous pouvez les consulter en cliquant sur la perle. Elle a été réalisée grâce au site pearltrees.

    Si vous n'êtes pas encore inscrit sur pearltrees, demandez à vous inscrire, ça n'est pas compliqué.

    Sur cette perle, j'ai rassemblé des billets sur lesquels vous trouverez des conseils pour bloguer. Cela peut vous être utile, éventuellement.

    J'ai déjà parlé de pearltrees. C'est une application lancée par une société française. Son principale fondateur, Patrice Lamothe, a tissé des relations amicales dans le « monde des blogueurs ». Il m'a fait découvrir pearltrees et son équipe, dans les locaux parisiens de sa société.

     

    Qu'est-ce que pearltrees?

    Littéralement c'est un arbre à perles. Chaque perle représente une page web. Quand vous allez pearltrees, vous avez la possibilité de mémoriser un parcours sur le web. Chaque page visitée prend la forme d'une perle. Les perles sont unies entre elles par un petit fil d'ariane. L'ensemble a l'apparence d'un arbre de perles.

    pearltrees.JPG

    Prenons un exemple. Pour réaliser mon petit arbre sur le blogging, je me suis identifié sur le site pearltrees. Puis j'ai presser sur le bouton « pearl ». Le programme s'est mis à enregistrer mon parcours. J'ai recherché sur mon blog les billets sur le blogging. Puis, une fois terminé, j'ai observé le résultat sur pearltrees.

    Une fois réalisé, cet arbre à perle peut être relu. On peut l'encapsuler sur son blog (ce que j'ai fait ici). On peut le partager avec d'autres utilisateurs de pearltrees. Le site est très « social ». Il permet de découvrir des arbres sur des thèmes qui vous intéressent. Vous entrez en contact avec des personnes qui partagent les mêmes centres d'intérêt que vous. Vous pouvez également populariser votre blog.

    Fixer une trace du flux. La pratique du web, aujourd'hui, devient de plus en plus agile et fluide. Nous sommes dans une logique de flux (« stream », en anglais). En utilisant différents services, l'individu produit un flux de données qui se dispersent sur différents sites.

    La meilleurs illustration du flux, c'est twitter. Sur twitter, tout est flux. (défi du flux)

    Avec pearltrees, on peut inverser cette logique. Fixer le flux. Revenir sur ses pas. Faire apparaître ce qu'on ne voit pas: la trace laissée lorsque on parcourt le web.