Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Crise dans les médias

  • La fatigue des blogs médias, vue par les Inrocks

    Les Inrockuptibles diagnostiquent un ralentissement, voire une mise en sommeil, des blogs consacrés aux médias. Faut-il commenter?

    veille media.jpg

     

  • Souriez vous êtes informés: Jean-Jacques Bourdin


    Souriez vous êtes informés: Jean-Jacques Bourdin
    envoyé par franceinter. - L'actualité du moment en vidéo.

  • "Le Tigre" va reparaître

    Le Tigre va reparaître. Ce magazine très stylé avait cessé de de paraître en septembre. (Le Monde)

    "Tout en couleurs, richement illustré sur 84 pages, le N.1 de la nouvelle formule est vendu 5 euros et propose notamment des reportages au Yémen et à Ziguinchor (Sénégal).

    Au terme du communiqué, Raphaël Meltz adresse un clin d'oeil aux journalistes: "Ne bénéficiant d'aucunes fortunes personnelles ni de sympathiques mécènes, nous cherchons à réduire nos dépenses: n'ayant pas de voitures de fonction à remiser au garage, nous avons décidé de ne plus envoyer gratuitement d'exemplaires aux journalistes."

    (info détectée chez GuyBirenbaum)

  • Blog en mode "curator"

    Dans les semaines qui viennent, ce blog ne publiera plus beaucoup de nouveaux billets. Il va se mettre en mode "curator".

    Pour parler concrètement, je vais reprendre d'anciens articles. Crise dans les médias compte 1298 articles. J'en ai supprimé quelques uns qui n'avaient plus d'intérêt. J'en supprimerai d'autres.

    Qu'est-ce qu'un curator? C'est un commissaire d'exposition du web, comme je l'ai écrit dans un ancien article. Il traite la masse de contenu dont il dispose sur son site comme le commissaire d'exposition traite les tableaux d'un musée.

    Il décide, par exemple, de faire une exposition sur un thème. Il va alors chercher dans les catalogues du musée les pièces qu'il aimerait montrer au public. Il demande aux agents techniques d'aller chercher les tableaux ou les sculptures dans les réserves. Et il bâtit son exposition.

    Pour le web, le processus est sans doute assez semblable. Le mot "curator" est assez nouveau dans cet emploi.

    Audit du blog

    Un des objectif de ce "curatoring" bloguistique est de faire un audit du blog. On peut suivre les conseils donnés par ce blogueur.

    Quels outils?

    La question des outils est bien sûr importante. La société qui proposera le meilleur outil de curation risque de gagner beaucoup d'argent, comme le suggérait déjà Robert Scoble il y a quelques temps.

    On peut penser à Pearltrees, qui est une société française bien sympathique. On pense aussi à Scoop.it ou curated.by.

    Mais, pour l'instant tous ces outils sont un peu compliqués. J'en suggère trois, qui sont simples et bien connus: Google analytics, un tableur et un moteur de recherche.

    Avec Google Analytics, vous disposez d'une vue panoramique sur le contenu de votre blog. Tous vos articles apparaissent non pas dans leur chronologie mais, par exemple, selon le nombre de visiteur que chacun a généré. Un classement qui peut vous être utile.

    Avec le moteur de recherche, vous pouvez repérer des thématiques. Par exemple, tous les articles de votre blog sur les digital curators.

    Avec le tableur, vous pouvez reprendre ce classement d'une autre manière: en faisant des remarques sur chaque billet (ou les 100 plus importants, par exemple). Ce travail un peu fastidieux doit vous permettre de dénicher les pépites oubliées de votre blog. Il vous fera découvrir des connexions entre certains articles, ou de dégager des thématiques que vous n'avez pas perçu à première vue.

    Une fois votre contenu classé, vous serez à même de proposer de jolies expositions.

    Nb: ci après quelques liens.


    A lire aussi:


  • Dijonscope l'emporte face au Bien Public et au Journal de Saône-et-Loire

    Attaqué à cause de sa « revue du Web » par le Bien public et le Journal de Saône-et-Loire, le site Dijonscope a eu gain de cause.

    J'avais évoqué cette affaire il y a quelques mois. Plus d'infos sur le site Dijonscope.

    (via Mediapart)

  • Vers une nouvelle circulation de l’info

    Article très intéressant de Nicolas Obrist sur l'Observatoire des médias. Le parcours de l'information y est notamment comparé au parcours d’un texte de loi pour devenir une loi:

    Finalement, la nouvelle circulation de l’information est similaire au parcours d’un texte de loi pour devenir une loi. Comme au Parlement, avec le Sénat (qui représenterait les médias traditionnels), l’Assemblée nationale (web social) et la navette parlementaire (l’information se construit dans les allers-retours entre les deux). La communauté/le lecteur/l’opinion publique joue le rôle de la Commission mixte paritaire (dans une certaine mesure, Twitter joue aussi ce rôle, nous l’avons vu avec l’affaire Boutin, ainsi qu’avec la généralisation des live-tweets). La particularité de cet outil est qu’il est utilisé par une grande variété d’individus et d’entité : citoyen lambda, journalistes, politiques, entreprises, communicants… Cette mixité facilite les mises en relation entre ces individus, permettant, par exemple, à un tweet comme celui d’Authueil de résulter sur un article du Monde.fr.

  • L'élite journalistique et Wikileaks

    L'Ambassade américaine à Paris décrit l'élite des journalistes français, dans un document publié par WikiLeaks, cité par Emmanuel Paquette (L'Express):

    "Les "top journalistes" sont souvent issus des mêmes écoles élitistes que de nombreux chefs de gouvernement. Ces journalistes considèrent que leur premier devoir n’est pas nécessairement de surveiller le pouvoir en place.  Nombre d’entre eux se considèrent plutôt comme des intellectuels préférant analyser les événements et influencer les lecteurs plutôt que reporter des faits".

  • L'évolution du blogueur

     

    101201-FLOW-BLOGGER2.png

    source: flowtonwn

     

  • Le Top 50 des influents sur Twitter

    Bernardo Huberman et son équipe de scientifiques ont analysé des milliers de comptes Twitter. A l'aide d'un algorithme, ils ont pu déterminer qui étaient les plus influents (et non pas les plus populaires). L'influence, sur Twitter, c'est, notamment, la capacité à faire réagir (et retwitter) ses "followers".

    Voici les 50 plus influents sur Twitter:

    1

    @mashable Pete Cashmore 2037840 59
    2 @cnnbrk CNN Breaking News 3224475 71
    3 @big_picture The Big Picture 23666 92
    4 @theonion The Onion 2289939 116
    5 @time TIME.com 2111832 143
    6 @breakingnews Breaking News 1795976 147
    7 @bbcbreaking BBC Breaking News 509756 168
    8 @espn ESPN 572577 187
    9 @harvardbiz Harvard Business Rev 219039 227
    10 @gizmodo Gizmodo 111025 237
    11 @techcrunch TechCrunch 1402254 319
    12 @wired Wired 547187 322
    13 @wsj Wall Street Journal 366133 358
    14 @smashingmag Smashing Magazine 224333 360
    15 @pitchforkmedia Pitchfork 1494896 384
    16 @rollingstone Rolling Stone 133999 436
    17 @whitehouse The White House 1794544 448
    18 @cnn CNN 1196719 473
    19 @tweetmeme TweetMeme 52386 515
    20 @peoplemag People magazine 2099081 565
    21 @natgeosociety National Geographic 274851 603
    22 @nytimes The New York Times 2502914 705
    23 @lifehacker Lifehacker 62302 708
    24 @foxnews Fox News 260081 710
    25 @waitwait waitwait 32895 824
    26 @newsweek Newsweek 1250884 844
    27 @huffingtonpost Huffington Post 632555 849
    28 @newscientist New Scientist 144355 852
    29 @mental_floss Mental Floss 68975 874
    30 @theeconomist The Economist 311109 902
    31 @emarketer eMarketer 30235 906
    32 @engadget Engadget 135418 999
    33 @cracked Cracked.com 110611 1037
    34 @slate Slate 71091 1040
    35 @bbcclick BBC Click 1749470 1041
    36 @fastcompany Fast Company 148292 1056
    37 @reuters Reuters Top News 194429 1119
    38 @incmagazine Inc. Magazine 109256 1143
    39 @eonline E! Online 2271026 1227
    40 @rww Richard MacManus 1037907 1232
    41 @gdgt gdgt 20556 1315
    42 @instyle InStyle 1716786 1330
    43 @mckquarterly McKinsey Quarterly 90981 1354
    44 @enews E! News 279737 1540
    45 @nprnews NPR News 270561 1572
    46 @usatoday USA TODAY Top News 62790 1628
    47 @mtv MTV 648014 1714
    48 @freakonomics freakonomics 124751 1784
    49 @boingboing Boing Boing 48649 1811
    50 @billboarddotcom Billboard.com 63766

    1818

    source: cam via The Economist

  • InaGlobal

    InaGlobal, qui s'intitule La revue des industries créatives et des médias, a été lancée en octobre par une équipe internationale de spécialistes présents dans plus de 30 pays différents, sous la houlette de Frédéric Martel et de Matthieu Gallet, PDG de l’Institut National de l’Audiovisuel.

    Depuis sa création en 1975, l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) est tourné vers la conservation du patrimoine audiovisuel français et sa transmission, mais il a aussi dans ses missions la formation aux métiers de l’image et du son, et la recherche sur les industries culturelles et les médias. L’Ina a développé un large pôle formation et recherche, InaSup, et a publié, en trente-cinq ans, d’innombrables livres, thèses et revues reconnues tant par les professionnels que par la communauté scientifique.
    C’est dans cette tradition de recherche et d’analyse des médias que se situe aujourd’hui InaGlobal, La Revue des industries créatives et des médias. Lieu original et unique sur la scène internationale, l’Ina est un établissement public qui peut dialoguer librement avec les universités et les institutions françaises et étrangères, mais aussi avec les entreprises privées, tout en conservant son indépendance. C’est le cadre idéal pour développer une recherche neutre et une information de qualité et pour donner naissance à un espace d’analyse pluraliste.
    Du cinéma aux mangas, en passant par la télévision, le jeu vidéo, l’édition ou la musique, InaGlobal s’attache à l’analyse de ces secteurs, en mettant l’accent sur la révolution numérique et Internet. Le temps long de l’analyse et celui de la recherche et de la réflexion de fond, avec validation, sont privilégiés, en dehors des scoops, hors accélération, et au-delà de Wikipedia et des tweets de 140 signes.
  • Le journalisme à la demande

    Des lecteurs qui financent directement des enquêtes de presse : un phénomène nouveau, importé des Etats-Unis, avec le site spot.us. Il arrive en France avec Jaimelinfo.fr et Glifpix.fr.

    "Né aux États-Unis, le principe du crowdfunding – littéralement, financement par la foule – appliqué à l’information est simple : journalistes indépendants ou internautes suggèrent sur le site Spot.us des sujets qui sont proposés aux donateurs potentiels. L’internaute choisit d’investir dix, vingt ou trente dollars sur la proposition qui lui plaît et qu’il juge utile.

    Le journaliste pourra commencer son enquête ou son reportage lorsqu’il aura décroché la totalité de la somme budgétée, de 100 à 3 000 dollars selon les sujets. « Je ne suis pas Bill Gates, mais je peux donner dix dollars. C’est le modèle d’Obama », argue David Cohn, le fondateur de Spot.us, en référence à la campagne présidentielle du candidat du Parti démocrate, que des millions de personnes avaient financée par de petites sommes.

    En Californie, des publications telles que le Oakland Tribune (aujourd’hui diffusé à 50 000 exemplaires, et qui a remporté deux prix Pulitzer) ou le San Francisco Magazine (100 000 exemplaires) ont tenté l’aventure. " (La Croix)

    A lire ailleurs: